RÉGION NORMANDIE

Nos permanences ont lieu tous les jours sur le site de Rouen -Tél : 02-35-52-31-25
et les mardis & jeudis de 9h à 12h & de 14h à 17h - site de Caen - Tél : 02-31-91-21-82
RÉGION NORMANDIE
LA CGT du conseil régional de Normandie (site de Caen et Rouen) - Abbaye aux dames - Place reine Mathilde - BP523 - 14000 Caen

Nombre de visiteurs

Compteur gratuit

DATE
EVENEMENT A VENIR
17 novembre 2017
CAP Avancements de grades et Échelons
07 decembre 2017
Premier Groupe de travail avec le Président M. Morin
07 decembre 2017
Prochain CHS-CT
11 decembre 2017
Prochain CT
18 janvier 2018
Deuxième Groupe de travail avec le Président M. Morin

Decembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Vous êtes sous le menu restreint, Connectez vous pour obtenir l'ensemble du menu.

  Vous êtes ici :  ACCUEIL  / NOS PETITIONS EN LIGNE

Pétition sur les conditions de travail dégradés

à ce jour, 1920 signatures

La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat. "La mobilisation s'impose".

Lien pour imprimer la pétition




Le prochain CT aura lieu le 2 décembre 2016. A ce jour,L'ordre du jour ne nous est pas encore communiqué.




Ci dessous, vous trouverez les dernieres petitions en ligne CGT et autres.


Pétition sur les Conditions de Travail Dégradées

Le projet Politique du Président Hervé Morin, en une phrase :

Travailler plus pour gagner moins avec des conditions de travail dégradées. 

 

Dans les groupes de travail, pour endormir et occuper les organisations syndicales l’administration nous entraine sur le terrain des modalités d’organisation des conditions de travail de la nouvelle collectivité. Pour éviter la grogne et le mécontentement elle ne répond pas à nos questions et interrogations ! Mais la CGT peut aujourd’hui résumer ce qui se profile, ce serait :

TRAVAILLER PLUS

Entre 14, 40, 48 ou 88 heures de travail en plus selon que l’on travaille dans les lycées ou sur les sites de Rouen ou Caen, c’est ce que veut Hervé Morin ! La fin de l’annualisation du temps de travail et donc la fin des RTT générées en cas d’absence (39 h semaine travaillées / 35 h comptabilisées en cas d’absence pour maladie) Une diminution des droits d’autorisation d’absence.

POUR GAGNER MOINS

Pas d’alignement du Régime indemnitaire (RI) vers le haut, une simple règle de trois pour répartir l’existant, c’est ce que veut Hervé Morin !

Une réfaction sur la totalité du Régime indemnitaire dès le 1er jour d’absence maladie. Tous les nouveaux arrivants dans la collectivité gagneront moins de RI. Les non-titulaires, s’ils sont recrutés, le seront-ils avec un régime indemnitaire ? Si oui lequel ? La collectivité veut mettre en place le Complément Individuel Annuel(CIA), prime au mérite, d’ailleurs avec le consentement des autres syndicats, la CGT est la seule organisation à s’être prononcer catégoriquement contre et le dénoncer !

Si la loi « Notre » nous garantit le maintien de notre revenu. La collectivité prévoit d’instaurer une indemnité compensatrice à titre individuelle pour les agents. Dans quelles conditions ? Sera-t-elle, comme cela a été évoqué, synonyme d’un blocage d’évolution salariale pendant des années ? Nous pouvons rappeler aussi le blocage du point d’indice par les gouvernements qui se succèdent et la volonté de ce dernier de rétablir un jour de carence en cas de maladie…

AVEC DES CONDITIONS DE TRAVAIL DEGRADEES

Polyvalence, déqualification, dévalorisation, c’est ce que veut Hervé Morin ! La CGT a voté contre les fiches emplois repères des lycées présentées par l’administration, elle s’est abstenue sur celles des sites !

INACEPTABLE POUR LA CGT ! LA MOBILISATION S’IMPOSE SIGNEZ ET FAITES SIGNER NOTRE PETITION !


Pétition nationale pour la reconnaissance des COS et CASC

Depuis la loi de 2007, les questions liées à l’activité sociale, à sa pérennité et à son financement, sont au cœur de l’actualité. Mais, au-delà des débats qu’ils peuvent susciter, ce sont surtout des enjeux majeurs pour tous les personnels à moyen et long terme.

C’est parce que nous sommes convaincus que tout ce qui relève de la gestion sociale des personnels des collectivités territoriales doit être géré dans la proximité ; c’est pour amplifier l’efficacité de cette proximité, favoriser des liens inter catégoriels et intergénérationnels dans chaque collectivité, être en mesure d’agir au plus près des fonctionnaires territoriaux, répondre au mieux à leurs attentes que l’UNAAS.CT a été créée.

Constituée d’associations de personnel de toute obédience syndicales, l’UNAAS.CT a pour objectif premier la reconnaissance statuaire des activités sociales dans la proximité mais n’entend en aucun cas se substituer aux actions des organisations représentatives des territoriaux. Nous souhaitons agir avec et en complémentarité des organisations syndicales. Notre vocation est de fédérer les énergies et apporter des propositions tangibles pour le bien de toutes les associations et des personnels qu’elles représentent.

Voilà le défi que nous nous sommes lancé en créant l’UNAAS.CT, que nous souhaitons relever avec toutes celles et tous ceux qui, comme nous, veulent agir pour cette évolution statutaire, en privilégiant tous les atouts de la proximité !

Les organisations syndicales, dont le logo figure sur cette pétition proposée par l’Unaas.CT, s’engagent à soutenir la reconnaissance statutaire des activités sociales et culturelles dans les collectivités territoriales devant le conseil supérieur de la fonction publique territoriale tout en conservant leur propre identité et toutes leurs prérogatives dans ce dossier.

Signatures des responsables de COS, CASC et autres associations au verso :

Adresser la pétition signée à : UNAAS.CT, André Durand, 315 Chemin du moulin, 79230 JUSCORPS 
OU : unaas.ct@orange.fr

Adresse du Président : unaas.ct@orange.fr


Pétition :

La répartition des richesses en France est de plus en plus inégale : les salaires, les pensions, les minimas sociaux stagnent. La protection sociale est malmenée par une politique de bas salaires, de chômage et de cadeaux aux entreprises notamment par une exonération croissante des cotisations sociales qui diminue les ressources de notre protection sociale.

Les conséquences des politiques menées sont graves :
• nos salaires, nos pensions, nos ressources sont trop bas pour vivre correctement ;
• les diplômes et les qualifications ne sont pas suffisamment reconnus et rémunérés ;
• notre protection sociale couvre de moins en moins nos besoins face aux aléas de la vie.

C’est cela la crise.
Augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux, c’est indispensable pour bien vivre. C’est un élément essentiel pour relancer la consommation des ménages, renforcer notre système de protection sociale et sortir de la crise économique et sociale que connait le pays depuis plusieurs années.

Remettre la sécurité sociale au cœur d’une politique sociale, c’est protéger notre santé, notre retraite, notre famille. C’est permettre de vivre dignement et en bonne santé à tout âge.

Signez la pétition en ligne

Moi, salarié-e, retraité-e, étudiant-e, chômeur-se :
• je demande l’augmentation du Smic, du point d’indice des fonctionnaires et des minimas sociaux de 10 % au 1er juillet 2015 ;
• je soutiens la proposition de la CGT pour la tenue d’une conférence sociale sur les salaires, convoquée par le gouvernement avant mi-juillet 2015 sur :
- la revalorisation des salaires et pensions ;
- l’égalité salariale femmes - hommes ;
- la reconnaissance des qualifications.


Retraites : les femmes demandent réparation !

En France, environ 1 million de femmes travaillent à temps partiel et 4, 5 millions vivent sous le seuil de pauvreté.

De façon générale, les femmes retraitées vivent dans des conditions beaucoup plus précaires que les hommes.

Ici comme ailleurs, les femmes, déjà beaucoup trop discriminées dans leur vie et leur travail, subissent encore plus que les hommes les politiques d’austérité menées par les gouvernements et ce depuis trop longtemps déjà.

Pour rappel, les écarts de rémunération sont de 27% entre les femmes et les hommes, et de 48 % concernant les retraites (tous régimes confondus).

Le projet de réforme du gouvernement relatif aux retraites va accentuer et renforcer ces inégalités déjà inacceptables. Ce projet ne doit pas aboutir.

Suiver le liens suivant:


ELECTION DES CONSEILLERS PRUD’HOMMES :Je signe pour !

 

Les conseillers prud’hommes sont des juges élus tous les 5 ans. Ils sont 14000 répartis en 209 conseils de Prud’hommes sur tout le territoire national.

Ils sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice qu’ils ont subi de la part de leur employeur. C’est pour cette raison qu’ils font l’objet d’attaques incessantes visant à rendre la juridiction prud’homale de plus en plus difficile d’accès aux salariés et la moins contraignante possible pour les employeurs.

C’est dans cette logique que le Gouvernement, par la voix de son ministre du Travail, vient de décider de supprimer les élections des conseillers prud’hommes prévues d’ici fin 2015. C’est inadmissible !

Avec la CGT, j’exige la tenue des élections prud’homales au suffrage universel dans les meilleurs délais

Pour signer cliquez ci-dessous:

http://cgt.fr/Je-signe-pour.html


Pétition - Ni coupable, ni responsable !

Les salariés n’accepteront pas de payer la crise !

Le Président de la République et le gouvernement s’apprêtent à prendre de graves mesures antisociales comme, par exemple l’instauration de la TVA dite « sociale », l’attaque contre le droit du de travail, une attaque sans précédent contre la protection sociale.

Le gouvernement culpabilise, chaque jour un peu plus, les salariés sur le coût du travail « trop cher », sur le temps de travail, les 35 heures. La violence faite au monde du travail est inacceptable !

Nous ne sommes pas responsables de la crise ! Les salariés n’accepteront pas de payer la crise !

En signant la pétition:

- Je soutiens la campagne de la CGT pour le développement de l’industrie et le service public, pour sortir de la crise.
- Je soutiens la revendication de la CGT de revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux, pour sortir de la crise.
- Je soutiens la proposition de la CGT de la réappropriation des banques par la puissance publique pour sortir de la crise.
- Je soutiens la proposition de la CGT pour l’âge de départ de la retraite à 60 ans.

Signer ici la pétition contre la culpabilisation dirigé vers les salariés